in

En Chassant Un Rhinocéros, Il Finit En Repas Pour Des Lions

Karma ?

Cette histoire est une belle illustration de l’expression « l’arroseur arrosé » et elle nous vient d’Afrique du Sud. En effet, un braconnier qui chassait des rhinocéros a fini piétiné par un éléphant, puis en repas pour des lions. C’est ça, se faire prendre à son propre piège.

Cette info vient de The Mirror. Elle va vous donner la chair de poule, et ce n’est pas un mauvais jeu de mots. En effet, dans le célèbre Parc national Kruger en Afrique du Sud, un braconnier qui chassait des rhinocéros s’est fait piétiner à mort par un éléphant puis dévorer par des lions. Il s’était introduit sans autorisations dans le parc avec certains de ses collègues braconniers. Ils étaient à pied et n’avaient pas de véhicule à disposition. En fait, les braconniers agissent dans l’illégalité et doivent donc se montrer discrets pour ne pas se faire prendre.

Si vous ne connaissez pas le Parc national Kruger, Wikipédia vous le présente. « Le Parc national Kruger la plus grande réserve animalière d’Afrique du Sud. Il couvre près de 20 000 kilomètres carrés, est long de 350 km du nord au sud et large de 60 km d’est en ouest, ce qui rend sa taille comparable à celle d’Israël ou celle du Pays de Galles ». C’est donc évident, il s’agit d’un immense terrain de jeu où beaucoup de choses peuvent se passer : le meilleur comme le pire.

Selon The Mirror, le braconnier s’est fait piétiner par un éléphant dans un premier temps. Ensuite, des lions ont complètement dévoré son cadavre. Et visiblement, les fauves n’ont pas laissé grand-chose derrière eux.

Le plus triste dans cette histoire, c’est que le braconnier laisse une famille derrière lui. Ses enfants vont donc grandir dans leur père, informe The Mirror. Malheureusement, ce sont les risques du métier, parfois le chasseur finit par devenir une proie. En fait, généralement dans la nature, c’est chacun pour soi et personne ne se fait de cadeau.

Source / Crédit Photo

Des Échangistes Droguent Une Fillette De 6 Ans Et Abusent D’elle

Grèce : Plus De Touristes Obèses Sur Le Dos Des Ânes