in

On La Brûle Vive Parce Qu’elle Porte Plainte Pour Agression Sexuelle

Un terrible drame qui a levé un vent de révolte dans le pays !

Au Bangladesh, Nusrat Jahan Rafi, une ado de 19 ans, a fini brûlée vive, car ayant osé porter plainte contre son proviseur pour agression sexuelle. On ne peut que rester tout simplement sans voix face à une telle tragédie. C’est tout bonnement révoltant.

Nusrat Jahan Rafi, 19 ans a perdu la vie pour son courage et sa détermination. Le péché de cette jeune étudiante a été d’avoir osé porter plainte contre son proviseur pour agression sexuelle. Nusrat Jahan Rafi habitait avec sa famille dans la petite ville de Feni, proche de la capitale du Bangladesh.

Elle étudiait dans une école islamique et c’est là-bas qu’ils lui ont fait subir ce triste sort, indique la BBC.

Le 27 mars, le principal a convoqué Nusrat Jahan Rafi dans son bureau. Une fois à l’intérieur, il se met à toucher la petite, mais celle-ci parvient à s’enfuir. Elle va se cacher chez ses parents qui l’emmènent ensuite au commissariat pour porter plainte.

Le policier a alors filmé la plainte de Nusrat Jahan Rafi avec son téléphone. Dans la vidéo, on peut clairement entendre le policier dire à la jeune fille « Ce n’est pas grave ». En effet, au Bangladesh, les femmes qui subissent une agression sexuelle ou un viol n’osent généralement pas porter plainte. En effet, ce pays est si conservateur que ces crimes apparaissent comme un déshonneur. Le même jour, la police appréhende le proviseur. Des jeunes se mettent ensuite dans la rue pour réclamer sa libération. Cette réaction est totalement impensable dans un pays comme le nôtre !

La jeune femme retourne à l’école le 6 avril dernier pour passer des examens. Son frère Mahmudul Hasan Noman l’accompagnait. Néanmoins, l’école n’a pas autorisé ce dernier à y entrer. Le jeune homme témoigne : « Si on ne m’avait pas stoppé, quelque chose comme ça ne serait pas arrivé à ma sœur ».

Le crime a eu lieu ce jour-là. Nusrat Jahan Rafi tombe dans un piège. Une camarade l’informe qu’une de ses amies est victime d’une agression sur le toit. Une fois sur le toit, la jeune fille tombe sur cinq personnes en burqa qui lui intiment l’ordre de retirer sa plainte. Elle refuse et ils l’arrosent d’essence et l’incendient.

Nusrat Jahan Rafi avait des brûlures sur 80% de son corps. Ils l’ont donc rapidement emmenée à l’hôpital de Dacca. En route pour l’hôpital, elle montre son courage une dernière fois en faisant une vidéo. Elle disait : « Le proviseur m’a touchée, je combattrai ce crime jusqu’à mon dernier souffle ». Elle a aussi révélé l’identité de certains parmi ceux qui l’ont agressée.

Quatre jours après, elle meurt, le 10 avril dernier !

Et maintenant ?

Le proviseur est toujours en prison et quinze autres personnes qui ont manifesté pour la libération de ce dernier l’y ont rejoint. La Première ministre Sheikh Hasina s’est prononcée sur cette tragédie et a rencontré la famille de la victime. « Aucun des coupables ne sera épargné des poursuites judiciaires ».

Le pays vit désormais dans un climat de tension, suite à cette tragédie. Des milliers de personnes réclament un profond changement face aux féminicides.

Source

Les Femmes Ont Un Meilleur Sommeil En Dormant Avec Leur Chien

Il Était Une Femme Et Tombe Enceinte D’une Femme Qui Était Un Homme