in

Peu Importe, Cette Policière Musulmane Refuse De Retirer Son Voile

Elle dit que sa religion ne devrait pas être prise en compte dans l’exercice de son métier.

Avec l’arrivée d’un nouveau Premier ministre au Québec, beaucoup de choses ont changé. C’est par exemple le cas avec la tolérance envers le port de signes religieux ostentatoires au sein de la police. Et à ce propos, une policière musulmane dit qu’elle ne retirera pas son voile, même si la loi l’y obligeait.

Cette information vient de la chaîne de télévision, Radio-Canada. Elle va sans aucun doute créer une polémique pendant les prochains jours, voir les prochaines semaines. Une policière musulmane a déclaré qu’elle n’enlèvera jamais son voile même si elle y est obligée. Elle se nomme Sondos Lamrhari et au Québec, elle fut la première élève en techniques policières à porter le voile. Radio-Canada informe qu’elle demande une entrevue avec le nouveau Premier ministre, François Legault. En effet, elle veut essayer de le convaincre de revoir sa position sur le port de signes religieux ostentatoires au sein de la police.

En fait, selon la chaîne de télévision, la jeune femme n’entend pas se plier à la nouvelle loi que souhaite mettre en vigueur la Coalition Avenir Québec. Elle considère cela comme une atteinte à ses droits en libertés. Ainsi, si elle doit obligatoirement enlever son hijab, elle préférerait quitter la police et changer totalement de plan de carrière. Elle pense que François Legault doit revoir sa position, sans quoi, il risquerait de se mettre à dos une grosse partie de la population.

Radio-Canada souligne que la jeune femme trouve dommage que l’on prenne en considération sa religion dans l’exercice de sa fonction. Qui plus est, la chaîne explique que Sondos Lamrhari est une des policières les plus talentueuses de sa promotion. Ainsi, l’obliger à enlever son voile induira une grande perte pour la police québécoise en termes de talent.

Comme vous pouvez vous y attendre, son histoire fait les unes. Elle a donc attiré l’attention de la Coalition Avenir Québec qui a choisi de répondre sobrement à sa demande de rencontre. Ils ont expliqué qu’elle n’était pas la seule à avoir fait la demande d’une rencontre avec le Premier ministre et qu’elle doit attendre son tour. Cette réponse froide n’augure rien de bon pour la suite. Et on craint qu’elle divise davantage les Québécois sur cette question épineuse.

Source / Crédit Photo

Drogué, Il Prend Ce Bébé Pour Une Araignée Et Le Lance Contre Un Mur

Elle Se Rase Les Jambes Dans Une Piscine Publique Et Près Des Enfants